fantasmagorie_1
fantasmagorie_2
fantasmagorie_3
fantasmagorie_4
fantasmagorie_5
fantasmagorie_6
fantasmagorie_7
fantasmagorie_8
fantasmagorie_9
fantasmagorie_10
fantasmagorie_11
fantasmagorie_12

Fantasmagorie plus ou moins factice, présentée lors de l’événement Désert, 6ème Manifestation Internationnale Vidéo et Art Électronique, Montréal, Canada.

8 x 40 pieds

Cette installation était présenté dans un conteneur de transport. Le plancher était recouvert de granules de styrofoam et on entendait le bruit très fort d’un crépitement de braises. En entrant, le spectateur faisait face à un amoncellement de boîtes en carton et avait le choix de prendre 2 couloirs. Le couloir de droite était un cul-de-sac. Par conséquent, le spectateur devait retourner sur ses pas. Néanmoins, si le spectateur portait une attention particulière au fond du couloir, il découvrait, sur le dessus d’une boîte, l’hologramme d’une granule de styrofoam qui recouvrait le plancher.
En prenant le second couloir, le spectateur angoissé, avançait dans la pénombre déséquilibré par une faible pente et par les granules de styrofoam. À la mi-chemin, le spectateur se retrouvait dans une seconde pièce éclairée par intermitence avec un black ligth. Lorsque que la lumière éclairait la pièce, elle découvrait des écritures invisibles à l’oeil nu sur certaines boîtes. Par conséquent, la lecture était intérompu à chaque fois que la lumière s’éteignait. Au gré de son parcours, l’angoisse du spectateur diminuait et se transformait peu à peu en jeu. Dans la dernière Pièce, le spectateur se retrouvait dans la noirceur totale et était complètement déséquilibré par un laser qui montait et déscendait, immitant le mouvement d’une vague. Lorsque le laser frappait le plancher de granules de styrofoam, celles-ci se transformaient en une parfaite illusion de braises qui cépitent.